Inquiétude à La Provence : Bernard Tapie rassure ses salariés

676 ‎مشاهدات
4514013_3_fbd8_ill-4514013-0b83-la-provence-societe_b3b257f7b05d6382a200b1a9c01fa285

Alors qu’en 2013 il avait été racheté par Bernard Tapie, le journal marseillais est dans l’inquiétude suite aux conséquences de la condamnation de l’homme d’affaires qui doit rembourser les 404 millions d’euros obtenus dans l’affaire Adidas-Crédit lyonnais.

Bernard Tapie a déclaré être totalement «ruiné de chez ruiné» mais il a indiqué ce matin dans la presse: le quotidien marseillais La Provence, qu’il gère depuis fin 2013, n’est pas concerné par la décision de la Cour d’appel de Paris, qui lui demande de remettre les 404 millions d’euros accordés dans le litige qui l’oppose depuis 22 ans à son ex banque, le Crédit lyonnais. «C’est justement la seule précaution que j’ai prise, indique l’homme d’affaires dans un entretien accordé au Monde. J’ai fait entrer un investisseur institutionnel dans le capital, l’équivalent de la Caisse des dépôts en Belgique. Donc, La Provence n’a pas à s’inquiéter, car tout a été prévu pour qu’elle n’ait pas de souci.»

Cependant, les travailleurs du quotidien étaient très troublés ce matin. Les représentants du personnel ont été invités en comité d’entreprise extraordinaire par le PDG du groupe, Claude Perrier, qui a tout fait pour les rassurer. «Je leur ai dit que l‘entreprise était forte et qu’il y avait un capitaine aux commandes, souligne-t-il au Figaro. J’ai aussi discuté avec Bernard Tapie qui a réitéré que La Provence n’avait pas de crainte à avoir. Comme il l’a promis, la situation du groupe est aujourd’hui durable. Les effets du PSE et nos efforts de relance sont prometteurs. Nous allons gagner de l’argent à partir de cette année. Les travailleurs auront leur 13ème mois. Ils n’ont donc aucun souci à se faire.»

Le patron présente également l’entrée nouvelle au capital du groupe belge Nethys qui, à travers sa filiale Avenir Développement, en a racheté 11 % fin octobre contre l’introduction d’argent frais. Ce qui montre que le groupe de presse se porte mieux, Claude Perrier indique qu’un pacte d’actionnaires a été signé avec les belges et que celui-ci leur donne de monter au capital. Ce qui pourrait notifié que si Bernard Tapie venait à céder ses 89 % dans le groupe de presse, il y a un acheteur naturel.

Nethys est un groupe industriel œuvrant dans l’énergie et les télécommunications en Wallonie et à Bruxelles. C’est une coopérative gérée par des acteurs publics, surtout par la province de Liège, la région wallonne et une série de communes. Sa filiale Avenir Développement connue pour développer ses activités médias hors de la Belgique, où elle est très active dans la presse de proximité avec 9 éditions régionales du quotidien L’Avenir et 37 éditions locales gratuites.

L'auteur

Katy

Journaliste