La Banque centrale russe sauve les banques russes avant la mise en place d’un vaste plan,

370 ‎مشاهدات
russ

rAvant que le plan visant à renflouer le système financier, la Russie a recapitaliser les deux principales banques russes.

Subissant à la fois les sanctions occidentales relatives à la crise en Ukraine et la chute de la monnaie russe, les banques russes entament l’année 2015 de façon très fragile et l’Etat a mis en place système de renflouement pour qu’ils se préparent à affronter la récession.

A la fin de l’année 2014 qui aura vu la monnaie russe perdre près de 41% de sa valeur comparé au dollar et la Russie s’isoler d’avantage depuis l’effondrement de l’URSS, les autorités russes ont été menées à effectuer une recapitalisation des banques qui occupent respectivement la seconde et la troisième place à savoir VTB et Gazprombank.

Vers un vaste plan

Ces renflouements, prévus, devancent un grand plan de renflouement du système financier décidé d’urgence pour faire face aux effets de la crise monétaire sur les comptes des établissements bancaires.

Le prochain plan soutien de l’Etat aux banques interviendra en janvier 2015 et est chiffré à 1.000 milliards de roubles soit 14 milliards d’euros. Les banques qui bénéficieront de ces financements seront connues d’ici à la mi janvier-2015.

Mais, VTB, a reçu déjà mardi 100 milliards de roubles soit 1,4 milliard d’euros et doit encore être dotée au premier trimestre de 150 milliards de roubles supplémentaires 2,1 milliards d’euros.

Quant à Gazprombank, une banque appartenant au géant gazier Gazprom en 1990 afin de financer la production d’hydrocarbures devenue une banque généraliste totalement avec quatre millions de clients, a été quant à elle recapitalisée avec 40 milliards de roubles soit 560 millions d’euros.

Ces deux institutions bancaires avaient été pendant l’été intégrées à la liste noire des entreprises que les Etats Unis sanctionnent pour l’annexion de la Crimée par la Russie et son intervention dans la guerre dans l’Est de l’Ukraine qui a causé plus de 4.700 morts.

L'auteur

Delphine

Journaliste