Marseille-Cassis 2016: Quand les sportifs sont secoués par la diarrhée pendant la course

279 ‎مشاهدات

Chaque dernier dimanche d’octobre, une course à pied est organisée à Marseille appelée Marseille-Cassis. Il s’agit d’un semi-marathon emblématique qui ne se déroule pas sans ennuis gastriques.

La majorité des abandons survient à cause d’un problème digestif

Quand le corps humain dépense énormément au niveau des muscles, le sang situé au niveau de l’abdomen se dispatche au niveau des muscles. Ainsi, l’estomac est moins arrosé et celui-ci s’affole. A ce moment, le sujet ressent des maux d’estomacs, il vomit, il ressent des nausées, ou encore de la diarrhée. En fait à part le côté physiologique, s’il arrive qu’un joueur ressente l’envie d’aller aux toilettes, alors qu’il n’est encore qu’au début de sa course, cela ne peut être que le fruit du hasard. « On ne peut l’expliquer mais plusieurs participants aux courses sont victimes de problèmes vasculaires et abandonnent » détaille le Dr Jacques Pruvost, médecin de la Fédération Française d’Athlétisme.

Ne pas faire comme Yohann Diniz

Ce problème, Yohann Diniz l’a aussi connu, car il avait eu une diarrhée lors de son 50km marche à Rio. « Il a pu arriver loin dans sa course » explique le médecin. Ne faites pas comme lui car son cas est bien différent (médaille olympique oblige) ! N’essayez pas de faire le héros car vous risquez d’être victime d’un infarctus des intestins » le fait de trop boire de boissons sucrées, d’être peu entraîné, la chaleur, peut nuire au dispositif gastrique lors de la course et le fait de vouloir faire plus que ses capacités.

Cela pourrait aggraver les maux et détruire les performances du coureur.

Lors du Marathon du Médoc où il est question de courir en marquant des arrêts pour déguster des vins, des huîtres, des entrecôtes, plusieurs participants sont touchés par ce fléau. Pour contourner ces maux digestifs, Laurent Ardito, directeur de la Team AsicsTrail et Benoît Nave, spécialiste en nutrition ont demandé à leurs athlètes de consommer des aliments qui ne contiennent pas de gluten et de lactose. « Après avoir fait le bilan, nous avons remarqué que plus de la moitié de nos athlètes avait des problèmes digestifs, occasionnant des échecs ; alors que tout était organisé pour que ça marche, détaille Laurent Ardito. » comme les muqueuses intestinales d’un coureur sont très utilisées, il fallait qu’on baisse le risque au maximum en touchant les facteurs sont à l’origine de ces maux. « Nous avons essayé menus, avec du lait de chèvre, sans pâtes. » les résultats ont été positifs.

L'auteur

Katy

Journaliste