Terrorisme : des messes de Noël très surveillées dans les églises

385 ‎مشاهدات
0bdf8f_1aa408ee67e44eeabe0243a692e78998

D’après un communiqué du ministère de l’Intérieur, il est demandé « une vigilance toute particulière » au cours des célébrations de noël « pourraient constituer des cibles d’une exceptionnelle force symbolique ».

Plus d’un mois après les attentats du 13 novembre qui ont causé la mort de 130 morts, les églises seront spécialement surveillées ce 24 décembre, alors que 10.000 messes de Noël seront organisées en France ce soir.

Arrêté dans ce dossier, Sid Ahmed Ghlam, un Algérien de 24 ans, est suspecté d’avoir suscité un acte terroriste contre une ou de nombreuses églises en région parisienne. La France dispose de 45.000 églises catholiques avec en plus, certaines sans activité cultuelle, et les 4.000 temples protestants et 150 édifices orthodoxes.

Une menace spéciale ou non ?

La circulaire invite à « une vigilance toute particulière » au cours des célébrations de Noël qui « pourraient constituer des cibles d’une exceptionnelle force symbolique ». En fait, les références contre le christianisme fourmillent dans l’endoctrinement de l’organisation État islamique (EI). Dans son communiqué parlant des attentats du 13 novembre, le groupe djihadiste avait considéré Paris comme la capitale qui porte « la bannière de la Croix en Europe ».

Une réunion, établie depuis plusieurs temps pour rappeler l’état d’urgence et la lutte contre le terrorisme, mise en place mardi 22 décembre place Beauvau avec les délégués des cultes, montrait à certains que les célébrations de Noël étaient menacées. Alors qu’il n’en est pas ainsi d’après plusieurs sources policières, citées par « La Croix ».

Dans la liste des « recommandations » de la circulaire on retrouve le « contrôle visuel » placées aux portes des lieux de culte, « l’ouverture des vestes et manteaux » et le « signalement » à la police de tout « comportement inhabituel ».

« En fonction du positionnement des lieux de culte, des gardes statiques, des patrouilles dynamiques peuvent être mises en place, elles le seront par les forces de sécurité », a déclaré mardi le ministre de l’Intérieur après une rencontre avec des représentants des cultes.

L'auteur

Katy

Journaliste